Médias+

Sondage

Que pensez-vous des recommandations de l'Examen Périodique Universel adressées aux Emirats Arabes Unies ?

Recommandations intéressantes
0%
Je m'attendais à mieux
0%
Je n'ai pas eu connaissance de ces recommandations
0%
Total votes: 0
The voting for this poll has ended on: août 2, 2018

بن غيث واب

Genève, le 20 avril 2018

Le Centre International pour la Justice et les Droits de l’Homme (CIJDH) a adressé une lettre à l’intention de Monsieur le Président Jean Chambaz, président de l’Université Paris-Sorbonne afin de demander la solidarité du corps dirigeant et enseignant avec Dr.Nasser Ben Gaith, ancien professeur à la branche d’Abu Dhabi de l’Université Paris-Sorbonne.

Par cette lettre, le CIJDH a sollicité le soutien de l’Université Paris-Sorbonne en vue de la libération du Dr. Ben Ghaith, un économiste et universitaire émirati qui a été professeur à la branche d’Abu Dhabi de l’Université Paris-Sorbonne (PSUAD) de 2008 à 2011. Etant donné que Dr. Ben Ghaith a fait partie du corps enseignant de cette université, qui véhicule les valeurs des droits de l’homme et qui est connue pour la promotion de ces valeurs, le CIJDH a demandé au président de l’Université et le corps enseignant de lancer un appel aux autorités des Emirats Arabes Unies, afin de libérer Dr. Nasser Ben Ghaith.

Pour rappel, Dr. Ben Ghaith a été arrêté par les forces de la sécurité nationale des Emirats Arabes Unies le 18 août 2015. Le 29 mars 2017, il a été injustement condamné à 10 ans d’emprisonnement devant la Cour d’Appel Fédérale pour des tweets publiés sur son compte personnel, qui critiquaient les violations des droits de l’homme commises par le gouvernement égyptien. Les autorités des ÉAU ont considéré ces tweets comme troublant les relations politiques avec l’Etat égyptien, « provoquant la sédition, la haine, le racisme ainsi que le sectarisme et comme portant atteinte à l’unité nationale et à la paix sociale. »

En réponse à ce procès inéquitable, le 2 avril 2017, Dr. Ben Ghaith annonce le début de sa grève de faim, dans une lettre adressée à l’opinion publique depuis la prison d’Al-Razeen. Dans cette lettre, il affirme son innocence et réitère que le procès était inéquitable. Au lieu de prendre en compte ces considérations, l’administration de la prison d’Al-Razeen a décidé d’interdire les visites et les contacts avec Dr. Ben Ghaith pour le punir. Son lieu de détention a été inconnu pendant plus de 6 mois.

En date du 25 février 2018, Dr. Ben Ghaith a annoncé sa décision de commencer une deuxième grève de la faim pour contester les mauvais traitements dont il fait l’objet. Depuis cette décision, les autorités pénitentiaires ont interdit les visites et toutes les communications entre lui et sa famille. La dernière visite ayant eu lieu le 7 mars 2018, il était épuisé et son état de santé s'est détérioré à cause d'une hypoglycémie et l'hypertension artérielle.

Compte tenu de la situation grave dans laquelle il se trouve, en particulier après son procès injuste le condamnant à 10 ans de prison ainsi que sa deuxième grève de faim, le CIJDH considère qu’il est impérieux de demander la solidarité du monde académique que représente l’Université Paris-Sorbonne.