Médias+

Sondage

Que pensez-vous des recommandations de l'Examen Périodique Universel adressées aux Emirats Arabes Unies ?

Recommandations intéressantes
0%
Je m'attendais à mieux
0%
Je n'ai pas eu connaissance de ces recommandations
0%
Total votes: 0
The voting for this poll has ended on: août 2, 2018

tf 05


Emirats Arabes Unis (ÉAU) :

La Cour suprême fédérale condamne le journaliste,

M. Tayseer Al-Najjar, à trois ans d’emprisonnement à la suite d’un commentaire publié sur Facebook


Genève le, 27 mars 2017

La Cour fédérale d’Abou Dhabi a condamné, le 15 mars 2017, le journaliste jordanien Tayseer al-Najjar, – membre du Syndicat des journalistes et de la Jordan Writers Association – à trois ans d’emprisonnement et à une amende de 500'000 AED, à la suite d’un commentaire publié sur Facebook, considéré par les autorités comme menaçant la sécurité nationale et compromettant l’ordre public en vertu de la loi fédérale n°5/2012 sur la lutte contre la cybercriminalité.

Pour rappel, M. Tayseer Al-Najjar a été arrêté par les Services de sécurité de l’Etat des Emirats Arabes Unis, le 13 décembre 2015, alors qu’il rentrait en Jordanie. Depuis son arrestation, M. Tayseer Al-Najjar, a été victime de plusieurs violations de ses droits notamment en étant détenu au secret pendant 3 mois. En outre, son épouse, Mme Majida Al-Hourani, et son avocat, M. Faisal Al-Khuzai – délégué du barreau jordanien – ont tous deux été empêchés de lui rendre visite.

Les droits de M. Tayseer Al-Najjar - en tant que prisonnier - n’ont pas été respectés par les responsables de la cellule n°9 dans la prison d’Al Wathba, en violation manifeste de la Constitution Emiratie ; de la loi fédérale n°43 de 1992 sur la réglementation de la réforme et des institutions pénales et de l’ensemble des principes pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme quelconque de détention ou d’emprisonnement (Résolution de l’Assemblée générale n° 43/173, 9 décembre 1988).  

Les autorités ont, de plus, délibérément reporté la première audience de M. Tayseer Al-Najjar devant un tribunal. Ce n’est, en effet, que le 1er février 2017 qu’il a été traduit devant le juge de la Cour suprême fédérale, soit plus de deux ans après son arrestation ; cela en flagrante violation du droit de chaque accusé d’être jugé dans des délais raisonnables.

Au vu de ce qui précède, le Centre International pour la Justice et les Droits de l’Homme (CIJDH) dénonce ce jugement injuste et oppressif et condamne les atteintes commises à l’encontre de M. Tayseer Al-Najjar, notamment à sa dignité ; son intégrité ; sa liberté d’expression ainsi qu’à son droit à un procès équitable et à une défense effective.

Le CIJDH appelle les Emirats Arabes Unis à :

  1. Libérer de manière immédiate et inconditionnelle M. Tayseer Al-Najjar .
  2. Etablir un système judiciaire équitable, indépendant et impartial conformément aux Principes fondamentaux relatifs à l’indépendance de la magistrature et des lignes directrices sur le rôle des procureurs pour veiller à ce que les droits et libertés fondamentales soient respectés .
  3. Respecter les engagements pris par les Emirats Arabes Unis devant le Conseil des droits de l’homme lors de l’Examen Périodique Universel (EPU).

 

Pour plus d’information, prière de nous contacter par email : icjhr.geneva@gmail.com